Le site est actuellement en version béta. Veuillez excuser les dérangements...

Parce que les Lillois le valent bien

Parce que les Lillois le valent bien

Lille Losc Logo

"P'tite pouf tu parles beaucoup
A vrai dire presque tout le temps
Et pour rien dire du tout
C est ça qu est emmerdant"

LaBrune et LaBlonde ne sont plus les seules à parler beaucoup pour dire n'importe quoi et ça,  c'est rassurant.
Gaelle et Fadette ont décidé d'entrer dans la poufosphère
Les poufs prennent le power.
Les poufs run the world comme dirait Beyoncé.
Si vous aussi, vous voulez officiellement faire votre pouf-coming-out, envoyez-nous votre proposition de sujet et… on vous rappellera.

Pouf un jour, pouf toujours !
 

 

 

Lille, normalement, ça joue bien (enfin sauf samedi à Brest, et en plus le vent, ça décoiffe). Capillairement parlant en revanche, les notes sont moins bonnes. Petite revue d’effectif du LOSC vu du dessus, avec une équipe qui, en plus, tient la route sur le terrain.

 

Champion_Losc

 
LANDREAU Mickaël (7/10) : une coupe ultra classique mais sans le moindre cheveu de travers. Ok, ça peut parfois faire Playmobil mais du coup, ça donne envie de le décoiffer un peu. Le plus : l’imparable charme du poivre et sel.
 
DEBUCHY Mathieu (3,5/10) 
: c’est pas pare qu’on le surnomme Robocop dans le milieu, pour sa capacité à se surpasser, qu’il fallait adopter la même coupe ! Le côté tectonique n’a jamais été un gage de sobrieté.
 
BASA Marko (9/10) : la version décoiffée, ça paye toujours. Les mèches en vracs au dessus du regard bleu azur lui donnent un petit côté mauvais garçon salutaire. Si on l’emmène, c’est pas pour aller chez le coiffeur !
 
CHEDJOU Aurélien (5/10) : la décoloration, c’est passé de mode. Une raison pour se contenter d’une seule bande sur le côté gauche ? Dommage, il n’y avait rien à redire avant cet incident.

DIGNE Lucas (5/10) : peut mieux faire. Mais on ne peut pas être trop exigeante avec les jeunes. La coupe Tintin, ça ira pour cette saison, au moins pas de grossière erreur de look. Pour l’an prochain en revanche, on lui propose une sortie chez le coiffeur.
 
BALMONT Florent (5/10) : au moins, avec le crâne rasé, on évite les mauvaises notes !
 
MAVUBA Rio (7/10) 
: adepte de l’expérimentation capillaire étant plus jeune, le capitaine a tout testé, des motifs aux tresses. Finalement, la sobriété lui va bien mieux. Surtout, ne change rien !
 
PEDRETTI Benoît (1/10) : le balai brosse, c’était bien pour l’entrée au collège. En plus, l’abus de gel est mauvais pour la santé capillaire, surtout quand on a un grand front. Vite, vite, on change !
 
COLE Joe (8/10) : avec un tel regard et un sourire pareil, il a choisi de faire sobre et c’est réussi ! Rasé de très près, repousse ou cheveux un peu plus longs : tout lui va. On ne jette rien !
 
HAZARD Eden (3/10) : le talent n’explique pas tout. Visiblement son coiffeur n’est pas aussi doué avec les mains que lui avec les pieds. La crête, c’est fait pour ceux qui ne savent pas jouer au foot mais qui veulent se montrer. Inutile, donc, et ridicule. Fallait pas parier.
 
DE MELO Tulio (10/10) : parce que.
 
 
 
 
Les remplaçants
 
CETTO Mauro (2/10)
 : le roux, c’est tendance et parfois même sexy, surtout avec un accent argentin à tomber par terre. Mais les cheveux longs et plaqués, agrémentés d’un élastique, ça ne marche que sur les Italiens à crinière brune. A revoir et vite (non parce que l’accent, vraiment, c’était un bon début).
 
SOUARE Pape (1/10) : vraiment, le rat mort jaune paille sur le sommet du crâne, c’est impossible, on ne peut pas cautionner ce genre de pratique. La SPA ne va pas tarder à intervenir, en plus.
 
ROUX Nolan (7/10) : on aime l’abandon du mulet, fatal pour le sex apeal. Mais un peu de cohérence, c’est trop demandé ? Non parce que, le balayage décoloré, c’est juste une mauvaise idée qui doit dater de son passage à Lens. Une bonne couleur et on n’en parle plus !
 
BRUNO Gianni (6/10) : la coupe à mèche classique de la jeune génération. Elle permet un mouvement de tête « L’Oréal » mais cache une grande partie du visage, plutôt sympa d’ailleurs. On est limite nez-à-nez avec le Justin Bieber version brune. Une erreur de jeunesse ?
 
JELEN Ireneusz (non noté) : on dirait juste qu’il a oublié une bande quand il a entrepris d’utiliser la tondeuse seul. La coupe branchée, ça ne s’invente pas et ça ne s’improvise surtout pas avec ce genre de crête. Entre Tintin et Mister T., il faut savoir choisir.

 
L’entraîneur :
 
GARCIA Rudi (6,5/10) : un peu plus dégarni qu’à son arrivée il y a quatre ans, il est victime du temps qui passe. Il parvient cependant à maintenir une certaine discipline au sommet de son crâne. Et puis, les petites rides sur le front, c’est tout mignon, pas la peine d’essayer de les cacher avec une ou deux mèches…

 
Par Gaëlle Laurent (@GaelleLaurent7) et Fadette Drouard (@FadetteDrouard), poufs à leurs heures perdues.

  1. NarcisseNarcisse04-14-2012

    Hahaha !!! J'adoooore !! et je me retrouve dans toutes tes réflexions à propos des coupes de nos joeuurs favoris !!! :)
    Par contre, tu as oublié Dimitri payet je crois :p
    Gros +1 notamment pour les notes et commentaires de Tulio, Eden et Nolan ;)

Leave a Reply